Création d'activités en ESS

De Economie Solidaire Brest.

Sommaire

L'emploi dans l’économie sociale et solidaire au pays de Brest

Une étude (octobre 2010-février 2011), pour mieux percevoir les secteurs d'activités de l'Economie Sociale et Solidaire et identifier les secteurs en développement et l'accompagnement possible.

Initiateur : Brest métropole océane Communauté Urbaine de Brest

Rédacteur : Jessica Banks

Cette étude fait suite à celle menée en 2009 sur les pôles de l'ESS en France qui nous a permis de faire un état des lieux et de comprendre les organisations locales des acteurs.

Etude en deux étapes

Première étape :

  • inventaire des données statistiques disponibles (ne pas refaire ce qui a déjà été fait)
  • état des lieux des grilles d'analyses existantes sur l'emploi
  • identifier les secteurs émergents de l'ESS pour les inclure à l'étude

Deuxième étape :

  • réaliser une enquête qualitative à partir de questionnaires et d'entretiens semi-dirigé
  • affiner grâce à ces données les résukltats de l'analyse statistique
  • proposer une fiche technique par secteur d'activité clé

contact : jessica point banks at brest-metropole-oceane.fr

Documents préparatoires

Résumé

L’étude montre que lorsque l’on distingue les secteurs dits « historiques », c’est-à-dire les activités financières, coopératives agricoles, mutuelles d’assurances et enseignement privé, (environ 8800 salariés), le poids de l’ESS est important dans l’économie locale : avec environ 10 300 salariés, elle emploie alors 9% des effectifs du territoire.

Les résultats de l’enquête menée auprès d’un panel d’acteurs de l’ESS ont mis en évidence deux axes de travail pour soutenir le développement d’activités sociales et solidaires : renforcer les dynamiques de réseau et rendre l’ESS plus visible, plus lisible, plus séduisante.


Retrouver les résultats de l'enquête sur le diaporama présenté le 18 février 2011 aux partenaires extérieurs. Fichier:Présentation PART EXT 18fevrier 1h.pdf

Caractéristiques des emplois ESS sur le Pays de Brest

Analyse effectuée à partir des données INSEE prenant en compte les secteurs caractérisés d'historiques dans cette étude.

Les grands secteurs de l’ESS du Pays de Brest

Forte implantation des associations L’ESS dans sa globalité, (y compris les acteurs « historiques »), est portée à 80% par le tissu associatif, avec un poids important de l’Action sociale et médico-sociale (34% des effectifs) et de l’Education : ces 2 secteurs couvrent à eux seuls 50% des effectifs de l’ESS.

  • Les acteurs « historiques » : 45% des effectifs, soit environ 8 800 salariés
    • Banques : environ 1700 salariés (CMB, Caisse d’epargne, Crédit Agricole, Banque Populaire...)
    • Assurances : environ 1300 salariés (Groupama, Mutuelles de Bretagne...)
    • Coopératives agricoles : environ 2300 salariés (SCARMOR, EVEN, Triskalia, Saveol...)
    • Enseignement privé : environ 3000 salariés (Croix Rouge, Diwan...)
  • L’ESS hors acteurs historiques  : 55% des effectifs, soit environ 10 800 salariés
    • Association : environ 10 300 salariés
    • Entrepreuneuriat coopératif : environ 400 salariés

SCOP : 300 salariés

SCIC : 30 salariés

Autres coopératives : Chrysalide, Finis Terra, Logis breton, Aiguillon services...

  • L’ESS hors secteurs historiques

Est principalement composée d’associations avec une émergence notable des SCOP. Les associations sont concentrées sur les secteurs Sports/Tourisme/Loisirs et Action Sociale. Les SCOP, quant à elles, regroupent en 2009, 300 salariés au sein de 27 SCOP (dont 3 SCIC). 65% des emplois sont concentrés dans le BTP et 23% dans les services. D’autre part, 30% des activités des SCOP sont innovantes et dans le champ du développement durable : maraîchage biologique, commerces de proximité de produits biologiques, agro-tourisme, récupération et réparation de déchets électriques et électroniques, aménagement paysager, conseil en égalité professionnelle…Les autres activités allant dans les champs de l’industrie, de la haute technologie, de la communication…

Taille des structures très variable Composée en grande partie de petites structures de moins de 10 salariés, l’ESS (hors secteurs historiques) comprend aussi 12 établissements employant plus de 100 salariés étant toutes des structures associatives du secteur Social, (SAP , à domicile ou non, IAE …), dont 7 très grandes structures employant + de 400 salariés (Don Bosco, Amitiés d’Armor, Les genêts d’Or, les Papillons blancs…) Dans la famille SCOP, l’établissement le plus important (en termes d’effectifs) compte 55 salariés. Parmi les 6 SCOP employant entre 20 et 55 salariés, 5 sont du secteur du BTP, la 6ème appartenant au secteur social (aide à domicile).

Profil type du salarié ESS au Pays de Brest

Expérimentés et qualifiés, souvent à temps partiels et avec des rémunérations très variables selon les secteurs, le profil du salarié-type de l’ESS est assez paradoxal.

  • Les salariés sont plutôt âgés (14% de + de 55 ans) et qualifiés (20% de cadres), ce qui s’explique principalement par la petite taille d’une majorité d’établissements. Les moins de 25 ans ne représentent que 9% des effectifs, mais l’attractivité de l’ESS auprès des jeunes est forte et 74% d’entre eux déclarent souhaiter travailler dans l’ESS, d’après le dernier baromètre jeunesse IFOP.
  • La forte présence féminine (66% de femmes contre 46% dans l’économie classique) ainsi que la part importante de temps partiels (la moitié des effectifs ESS) s’explique par le poids important du tissu associatif, particulièrement du secteur social.
  • Tous secteurs confondus l’écart de salaires entre l’ESS et l’économie classique est minime, avec 2% de plus dans l’économie classique. Les disparités existent cependant dans certains secteurs d’activités. L’ESS a par exemple des rémunérations supérieures à l’économie classique dans les secteurs Transports, commerce et santé.

Evolution de l’emploi ESS sur le pays de Brest

Dopé par le dynamisme associatif et freiné par les mutations du secteur agro-alimentaire, le bilan 2002 2007 de l’ESS est contrasté.

Alors qu’à l’échelle départementale, l’emploi dans l’ESS a connu une croissance de 4.4% entre 2002 et 2007, le Pays de Brest enregistre sur la même période et tous secteurs confondus, une légère baisse de 1% de ses effectifs : les territoires hébergeant d’importantes coopératives agro-alimentaires sont ceux qui ont perdu le plus d’emplois entre 2002 et 2007. Le Pays de Brest n’a pas échappé à cette tendance ; mais la baisse de 1%, soit 123 postes, correspond essentiellement à des transferts d’activités, notamment de coopératives de commerce agricole vers le secteur privé et non de destructions d’emplois.

Les associations, créatrices d’emplois Entre 2002 et 2007, elles ont créées plus de 1000 ETP, particulièrement dans les secteurs Culture et Loisirs, Sports et Action Sociale (où la création d’emplois y est 4 fois supérieure à l’économie classique). Les autres secteurs créateurs d’emplois sont les activités financières (209 ETP créés entre 2002 et 2007), la santé (51 ETP) et le BTP, particulièrement au sein des SCOP (43 ETP).

Les SCOP, dynamique et précurseurs Les SCOP ont le vent en poupe et une capacité d’innovation pour construire de nouveaux modèles face aux limites du système actuel : non opéables et non délocalisables, souvent à forte plus-value sociale, et/ou environnementale, elles participent à développer des emplois plus pérennes et des activités en phase avec les attentes sociétales. Souvent considérées comme un « laboratoire d’innovations sociales », les SCOP ont connu une augmentation des effectifs de 18.3% entre 2007 et 2009.

27 Scop présentes sur le Pays de Brest avec environ 300 emlois.


Résultats des entretiens semi-dirgiés

Freins au développement de l'ESS

Les acteurs de l’ESS qui ont été interrogés ont démontré un fort sentiment d’appartenance à l’ESS et pensent à l’unanimité que c’est un atout pour se développer. En effet, les valeurs portées par l’ESS sont aussi gage de qualité et correspondent à des attentes sociétales fortes. D’autre part la force coopérative semble être reconnue comme étant un atout incontestable, pour les acteurs eux-mêmes. Néanmoins, des freins au développement ont aussi été identifiés :

  • Les restrictions budgétaires : la première difficulté est de faire face aux restrictions budgétaires, directes (diminution des aides publiques) ou indirectes (projet d’abrogation des contrats aidés, cadres réglementaires, concurrence avec le secteur privé, difficulté d’accès à certains outils financiers…). Ce point est central et semble freiner fortement le développement d’activité. Notamment les recrutements, rendus difficiles malgré des besoins réels et des activités en croissance. Aujourd‘hui, la priorité semble être de pérenniser les emplois existants plutôt que d’étudier la possibilité d’en créer de nouveaux.
  • Le manque de visibilité, autant auprès du grand public, des jeunes diplômés ainsi que des professionnels.
  • Le manque de reconnaissance, particulièrement pour le statut associatif.

Les attentes en terme d'accompagnement

Deux axes de travail sont clairement ressortis :

  • Renforcer les dynamiques de réseau et favoriser les mutualisations  : les réponses vont toutes dans le même sens et réclament un renforcement des dynamiques de réseau, comme par exemple la création d’un référentiel des structures accompagnatrices des porteurs de projets, des structures qui peuvent apporter des financements aux activités ESS, mais aussi l’organisation d’une cellule de coordination entre ces nombreux acteurs pour en assurer la cohérence.

On retrouve d’autre part une volonté marquée pour renforcer les mutualisations, de moyens, de savoirs-faires, de réflexions sur des problématiques communes, de ressources humaines… par exemple à travers la création d’une pépinière d’entreprises dédiée à l’ESS, qui pourrait être une vitrine, un lieu d’information, de documentation et de formation (ADESS, CRES, RITIMO...) et un lieu de mutualisation et d’échanges, mais aussi l’idée de centraliser et de rendre visible les offres et les demandes d’emplois émanant de l’ESS, afin d’attirer les personnes voulant s’investir dans ce champs mais aussi favoriser les contrats multi-employeurs, par exemple.

  • Renforcer la communication  : Un autre volet important est le renforcement de la communication, qui paraît être un levier incontournable pour rendre l’ESS plus visible, plus lisible, plus séduisante ? Renforcer la sensibilisation et l’information :
    • sur l’entrepreneuriat coopératif auprès des jeunes et des porteurs de projets,
    • sur les plus-values de l’ESS auprès du grand public, des professionnels, des financeurs…
    • sur l’ESS aux acteurs de l’ESS eux-mêmes, pour fédérer autour de valeurs communes…


Définition partagée de l'ESS

A partir des entretiens semi-dirigés et des questionnaires d'enquête, apparaît la difficulté de construire une définition partagée. Retrouver l'article précisant ces éléments Définition de l’ESS par des acteurs de l’ESS


Bibliographie

OUVRAGES

  • Draperi Jean-François,"L'économie sociale, utopies, pratiques, principes."[1], presses de l'économie sociale, 2005, 125p.
  • Draperi Jean-François,"Rendre possible un autre monde. Economie sociale, coopératives et développement durable." [2],Presses de l'économie sociale, 2005, 74p.
  • Demoustier Danièle, "L'économie sociale et solidaire. S'associer pour entreprendre autrement." Coll. Alternatives économiques, Octobre 2003. 216 P.


ETUDES ET RAPPORTS

  • Vercamer Francis, "Rapport sur l'économie sociale et solidaire. L'economie sociale et solidaire, entreprendre autrement pour la croissance et l'emploi." Avril 2010

Media:Rapport Vercamer.pdf

  • Martin Pierre, raporteur pour le CESE, Projet d'avis : "l'économie de proximité, une réponse aux défis majeurs de la société française.", septembre 2010

Media: Rapport_CESE.pdf‎

  • Darbus Fanny (EHESS), Lazuech Gilles (Université de Nantes), 23ème colloque ESS, "Les frontières de l'économie sociale se sont-elles déplacées?", Paris, 9 novembre 2010

Media:Etude.pdf‎

  • Richez-Battesti Nadine (Université de la Méditerranée, 23ème colloque ESS, "Les frontières de l'économie sociale se sont-elles déplacées?", "Quelle qualité de l'emploi au sein de l'économie sociale?" Paris, 9 novembre 2010

Media:Etude.pdf


TERRITOIRES

  • Ille-et-Vilaine, "Regard sur l'économie sociale et solidaire"

Media:Rapport-economie-sociale-solidaire.pdf

Media:Caractéristiques_de_l'emploi_salarié_ESS_35.pdf‎

  • Nantes Métropole "Potentialités d'activités et d'emplois dans le secteur de l'économie sociale et solidaire"

Media:Potentialités-Activités-et-Emplois-ESS-2005.pdf‎

  • Lorient "Développer l'économie sociale et solidaire sur le territoire de Lorient"

Media : Développer_l'ESS_sur_le_territoire_de_Lorient.pdf‎