Réunion du 25 mai 2011 Sol Violette

De Economie Solidaire Brest.

Retour Groupe de travail monnaies locales

SOL Violette à Toulouse

Sol Violette.JPG

Mise en circulation prévue début 2011.

  • Présentation de l'expérience d'après le blog Entre2nuage

Toulouse va avoir sa propre monnaie !

Dans le cadre de la quinzaine de l'économie solidaire, la ville de Toulouse lance une monnaie alternative et solidaire : le « sol violette ».

C'est un vieux projet de Jean-Paul Pla, conseiller municipal délégué à l'économie sociale et solidaire, qui se réalise : le lancement, sous l'égide de la mairie, d'une monnaie alternative dans la Ville rose, le « sol violette ». Jean-Paul Pla veut ainsi « permettre une évolution du mode de consommation des Toulousains, dans une démarche équitable et éthiquable ».


Qu'est ce que le sol violette et pourquoi ce nom ?

Le sol est une monnaie éthique qui véhicule des valeurs de respect de l'environnement et de l'homme. Le sol est à lier à la notion de solidarité et violette est là pour rappeler sa spécificité toulousaine. Toulouse est la capitale de la violette !


Comment ça marche ?

Par le biais d'une carte type Monéo qu'on peut recharger avec des euros puis convertir en équivalent sol. Le crédit coopératif et le crédit municipal sont nos partenaires dans cet échange. Chacun pourra aller changer ses euros dans une des banques partenaires et obtenir des sols valables dans l'ensemble des enseignes du système sol. C'est une monnaie non capitalisable et qui n'aura pas de pièces ni de billets. En achetant en sols dans les entreprises partenaires, le pouvoir d'achat sera plus important. Par exemple, pour une baguette de pain à 0.80€ chez un commerçant du système-sol. Cette baguette aurait un prix de 6 sols soit 0.60€ pour un « soliste » (qui paye en sols). Le but est de pousser à consommer différemment.


Quel est le rôle des entreprises partenaires ?

Leur rôle est de s'inclure dans la démarche solidaire. Ensuite il nous faut trouver des partenaires utiles aux entreprises participantes pour qu'un maximum d'échanges se fasse entre les différents acteurs du système sol, en interne. Pour les taxes, rien ne changera, si le chiffre d'affaire d'une entreprise est de 1 000 € et 500 sols alors elle sera taxée à 1050€. La base d'un euro pour 10 sols restera fixe et imposable.


Quelle est votre volonté ?

Je veux montrer qu'on est capable d'innover et d'amener les gens à valoriser les acteurs solidaires de Toulouse. L'idée est de permettre aux plus précaires d'avoir un pouvoir d'achat plus important. Nous voulons que tout le monde puisse avoir accès à la culture, à une alimentation locale et saine, aux transports en commun. Ceux qui échangent leurs euros en sols obtiendront un prix avantageux dans les commerces du réseau sol et accéderont à des produits qu'ils ne pourraient s'offrir en euros.



Atelier d'échange le 25 mai 2011 16h30-18h30

à Brest métropole océane : atelier d'échange sur l'expérience en présence de Jean-Paul PLA et Frédéric Bosque Technicien Sol Toulouse